Comment être une bonne marraine ? Comment être un bon parrain ?

Publié le , par Maison Laudate
Catégories :

On vient de vous demander d’être marraine ou parrain d’un enfant pour son baptême ? Félicitations ! 

Vous vous posez des questions concernant votre rôle ? Vous avez envie d’être la marraine idéale ou le parrain idéal pour votre filleul ou filleule ? Vous rencontrez des difficultés à cause de la distance, de l’âge ou de votre lien avec les parents ?

Prenez alors le temps de lire cet article où nous tentons de d’expliquer en quoi consiste ce rôle si précieux !

Quel est mon rôle ?

Chez les Chrétiens, les parrains et marraines sont des exemples dans la foi du baptisé, avec les parents. 

Vous, marraine, vous, parrain, êtes un appui, un témoin, une personne de confiance et une source de conseils vers qui votre filleul(e) pourra se tourner à tout âge. 

C’est une grande responsabilité qui vous est confiée : faire grandir votre filleul(e) dans l’amour de Dieu, l’assister dans son éducation religieuse, être présent dans les moments importants qui le marqueront et être fidèle dans votre engagement.

Il est indiqué dans le droit canonique catholique : c. 872 : “Dans la mesure du possible, à la personne qui va recevoir le baptême sera donné un parrain auquel il revient d’assister dans son initiation chrétienne l’adulte qui se fait baptiser et, s’il s’agit d’un enfant, de la lui présenter de concert avec les parents, et de faire en sorte que le baptisé mène plus tard une vie chrétienne en accord avec son baptême et accomplisse fidèlement les obligations qui lui sont inhérentes.”

En d’autres termes, la marraine, avec l’aide du parrain, est là pour aider le baptisé à entrer dans la vie de Dieu. 

Cette dimension première de l’accompagnement religieux a été étendue à l’ensemble de la vie du baptisé, car selon l’adage, “pour faire un bon chrétien, il faut un homme bon”. Ainsi, le développement humain du filleul(e) fait partie inhérente de votre rôle de marraine, de parrain, qui a la responsabilité de l’accompagner dans chacun des moments importants de sa vie.

Votre rôle est également de témoigner de votre foi auprès de lui et de votre expérience de vie en tant que chrétienne et chrétien dans le monde, c’est la première vocation du chrétien : témoigner de l’amour du Christ en vivant notre vie de chrétien dans le monde et de proclamer les Évangiles.

Rassurez-vous, soyez vous-même et rendez-vous disponible pour votre filleul(e). Car plus vous passerez de temps avec elle ou lui, plus vous aurez la possibilité de créer un lien fort qui vous permettra de parler de sujets d’autant plus profonds et qui évolueront avec son âge et sa maturité.

À quel moment dois-je être présente pour mon filleul ?

Le plus possible ! L’une des grâces de votre rôle est de pouvoir accompagner votre filleul(e) sur son chemin de Foi de sa naissance à l’âge adulte, alors profitez-en…

Lors des sacrements

En effet, votre rôle principal est lors de la préparation aux sacrements. 

Tout d’abord lors de son baptême : il fait partie des trois sacrements de l’initiation chrétienne (baptême, confirmation, eucharistie) qui permettent “d’entrer dans le mystère du Christ mort et ressuscité et de grandir dans la foi” selon l’Église Catholique. Plongé dans l’eau pour renaître à la vie, le nouveau baptisé commence sa vie de chrétien entouré de ses parents, sa famille, de son parrain et de sa marraine. Il devient désormais enfant de Dieu et frère de tout autre chrétien. Voir notre article sur l’origine du baptême.

Puis il chemine vers sa première communion où il recevra pour la première fois le Corps du Christ. Par l’hostie et le vin, corps et sang de Jésus, L’Eucharistie commémore le sacrifice ultime du Christ sur la Croix pour nous sauver du péché.

Il recevra également le sacrement de la Confirmation, qui “enrichis d’une force spéciale de l’Esprit Saint, force qui fut accordée aux Apôtres au jour de la Pentecôte pour répandre la Bonne Nouvelle de Jésus Christ, par la parole et en action” selon l’Église Catholique.

Ce sont les moments les plus importants pour votre filleul(e) qui démarre ou poursuit sa formation spirituelle. À vous, chère marraine, cher parrain, d’être son témoin de foi, son rocher spirituel, d’être ce cœur aimant de femme, d’homme, pour votre protégé(e).

Lors des anniversaires et grandes fêtes religieuses

Plus concrètement, la marraine et le parrain ne sont pas uniquement présents lors des sacrements, ils le sont aussi lors des anniversaires, des grandes fêtes religieuses comme Noël ou Pâques, ou tout autre évènement important comme une réussite à un examen, un diplôme obtenu, un camp, une épreuve ou un échec.

Votre rôle est principalement spirituel, mais il est également humain. 

Profitez de chaque moment pour apprendre à le connaître, à passer du temps avec lui en tête à tête. Prenez le temps par exemple de passer un week-end avec le parrain, de l’inviter chez vous ou bien de proposer aux parents de venir aider pendant les vacances, toute occasion est bonne à prendre ! 

Voir notre article “Quelles activités faire avec son filleul selon son âge ?”

Tout instant est précieux et si vous parvenez à en créer un beau et inoubliable, il vous sera d’autant plus aisé d’avancer ensemble dans la foi.

Pensez à lui téléphoner, au moins pour son anniversaire ou à lui envoyer une petite carte pendant un de ses camps !

Et si vous avez plusieurs filleul(e)s ?

N’ayez pas peur de les inviter et de les faire se rencontrer, cela permettra de créer un lien indescriptible entre elles ou entre eux, et vous cheminerez ensemble.

Comme le dit Mère Teresa dans Les pensées spirituelles (2000) : “Ce qui compte ce n’est pas ce que l’on donne, mais l’amour avec lequel on donne.”

Ne vous inquiétez donc pas, agissez à votre manière et vous serez une très bonne marraine et un très bon parrain, le fait même de chercher à toujours progresser dans votre mission en lisant cet article, en est la preuve même ! 

Les difficultés : âge, distance, foi, lien avec les parents qui se distendent

Il est souvent difficile d’être pleinement dans son rôle lorsqu’une longue distance vous sépare, que vous ne vous entendez plus aussi bien avec les parents, ou encore que vous ne savez pas trop comment parler de la foi à votre filleul(e) d’autant plus s’il est encore bébé.

Voir notre article à venir “Je suis marraine ou parrain, les parents de mon filleul n’ont pas la foi : comment faire ?”

La prière est le commencement de toute mission

La première chose est de prier pour lui, peut-être ne voyez-vous pas l’intérêt, mais être présent(e) par la prière, par la pensée, est primordial et nécessaire avant même de lui parler du Christ. Confiez-le à la Vierge Marie, qui par sa tendresse infinie vous guidera.

La prière est l’expression de notre amour pour Dieu et de Son amour pour nous, par celle-ci vous pouvez tout Lui confier : vos angoisses, vos peines, vos joies, vos questions, vos proches ou tout simplement votre votre amour pour Lui.

Par cette prière pour votre filleul(e), vous pouvez Lui confier votre rôle de parrain, de marraine, demandez-Lui de vous guider dans cette mission, il existe une jolie prière retranscrite par le site Hozana : “Seigneur, que ta main protège toujours cet enfant, afin que rien ni personne ne puisse lui faire de mal. Je te remercie d’avoir eu la chance d’être son parrain. Je te demande de m’aider à bien remplir mon rôle, et à établir avec cet enfant un lien de confiance et d’affection. Je serai là, avec ses parents, tout près de lui, pour le relever à chaque fois qu’il tombera. Amen”

Des cadeaux

La médaille de baptême

Il est de tradition lors du baptême que la marraine offre une médaille à son ou sa filleul(e) gravée au nom et à la date du baptême en souvenir de son entrée dans le Royaume de Dieu.

Elle constitue un cadeau symbolique et de nombreux enfants possèdent encore la médaille de leur enfance.
La bénédiction de la médaille n’est pas une obligation dans le rite, mais il est d’usage de le faire à la fin du baptême. 

Bénir sa médaille, c’est choisir de se mettre sous la protection du saint sur la médaille du nouveau baptisé. Être médaillé, c’est aussi participer à l’évangélisation du monde.  

Voir nos médailles de baptême.

La chaîne de baptême

Il est de tradition lors du baptême que le parrain offre la chaîne de la médaille de baptême son ou sa filleul(e) en souvenir de son entrée dans le Royaume de Dieu. 

Elle constitue un cadeau symbolique qui accompagne la médaille, offerte par la marraine, et de nombreux enfants possèdent encore celle de leur enfance.
La bénédiction de la chaîne et de la médaille n’est pas une obligation dans le rite, mais il est d’usage de le faire à la fin du baptême. 

Voir nos chaînes de baptême.

Des idées de cadeaux 

Ils varient en fonction de l’âge, de la fête célébrée ou du sacrement reçu.

Ce peut être une Bible, un joli bracelet, un chapelet, une croix, une icône, un livre, une vie de Saint, un témoignage, un beau bijou, ou un cadeau fait par vos soins avec amour.

Du fait de votre rôle qui dure toute une vie, vous pouvez offrir par exemple une collection à compléter au fur et à mesure du temps : une crèche, des BD, des livres, des bouteilles, etc.